Fr | En

BIOLIX

illustration

Hydrométallurgie appliquée au recyclage des métaux.

 

Partenaires


Durée

5 ans


Mots clés
Lixiviation, Cathodes, Cuivre, Métaux rares.

 

Contexte

L’axe “Biolix”, coordonné par Comet Traitements, consiste à mettre en exploitation une première unité de démonstration de production hydrométallurgique de cathodes de cuivre à partir de concentrés polymétalliques issus du traitement de Résidus de Broyage de déchets métalliques : Véhicules Hors d’Usage (VHU), Déchets d’Equipement Electriques et Electroniques (DEEE), ferrailles de collecte.

Basé sur un procédé innovant, développé  depuis 2011 par le laboratoire GeMMe de l’Université de Liège et Comet Traitements, cette première unité va permettre de dissoudre sélectivement du cuivre contenu dans des déchets ultimes, actuellement éliminés en centre d’enfouissement technique, pour produire quelques 750 tonnes par an de cathode de grade A (Cu > à 99,9%).


Objectifs et résultats

Durant l’année 2015, l’engineering de détail de l’installation a été réalisé. Cette unité pilote industrielle sera construite en 2016 sur le site d’exploitation de Comet Traitements à Obourg (Mons). Son investissement est de 9,3 M€. Dans un premier temps, son exploitation permettra la création de 14 emplois directs. Une fois la technologie démontrée, un second volet d’investissement est prévu afin de dupliquer cette usine à plus grande échelle et de promouvoir la technologie.

En appui à ce transfert industriel, les recherches de développement continu du procédé réalisées au Laboratoire GeMMe ont permis, au cours de cette année, de libérer d’important verrous technologiques conduisant à l’optimisation des performances économiques et environnementales du projet.  Le Laboratoire a également évalué les potentiels d’application des principes de l’hydrométallurgie à une variété de flux issus des activités de recyclage de Comet Traitements et contenant des métaux de hautes technologies. On citera notamment la revalorisation d’éléments de Terres Rares contenus dans les aimants permanents des nouvelles générations de véhicules hybrides et électriques.  Les principes de base d’un procédé inédit ont été démontrés à l’échelle du laboratoire et la construction d’une mini-unité pilote au sein de l’Université est en cours de réalisation.